Vers une nouvelle vie

Je me suis perdu en vivant petit, puis de parcourir cette route sinueuse pour revenir à qui je suis, à ce que je dois donner et à ce que je veux. En cours de route, je me suis senti apathique, déconnecté et brumeux sur ma destination particulière. J’ai ressenti des hauts et des bas, et j’ai eu de faux départs, me demandant parfois où, comment et même « si » je retrouverai mon fondement, mon feu à nouveau.

Mon hypothèse actuelle est que faut-il pour se reconnecter, c’est de l’attention et des efforts simples. Pour être clair, j’ai dit « simple », pas « facile ». Mais cet effort n’a pas besoin d’être parfait. Il doit simplement « être » et continuer à être relancé après avoir été mis en pause, retardé, repoussé ou mis à l’écart.

Au moment où j’écris ces mots, l’image qui me traverse l’esprit est celle d’une mouche se jetant sur une fenêtre essayant sans relâche de trouver son chemin dans la lumière. Voilà à quoi ressemble l’effort. C’est dur, ça fait souvent mal. Il peut prendre des formes plus douces ou plus gracieuses, mais dans son essence, c’est la même chose. C’est cette volonté de se regrouper encore et encore après chaque échec, de se fracasser contre la fenêtre et de rentrer encore et encore, jusqu’à ce que vous trouviez l’ouverture. Parfois la mouche à de la chance quelqu’un lui ouvre la fenêtre, dans d’autre cas cette même personne peut l’écraser à vous de comprendre la solution.

Pour moi, c’était me dépoussiérer et me relever, peut-être cinq, peut-être dix, peut-être 100 fois, même s’il n’était pas clair à quoi ressemblait l’aube et quand l’aube viendrait. La beauté est que, non seulement nous avons tous la capacité d’invoquer cette « fois de plus », mais chaque fois que nous nous élevons à nouveau, cela nous permet de briller encore plus fort lors de la phase suivante. Et entre nous briller c’est tout simplement beau, cela procure un plaisir immense.

Comment pouvons-nous nous réengager après chaque chute. Parfois, nous devons maintenir un objectif clair et convaincant pour continuer. Parfois, nous devons sortir notre chiffon et nettoyer la brosse. Et parfois, nous avons besoin de lever nos lampes pour trouver notre chemin afin de pouvoir reprendre le chemin.

Je suis là pour vous aider à lever votre lampe pour vous regrouper peu importe ce qui vous retient. Apportez tout de vous-même – vos peurs, vos échecs, vos talents connus et non découverts, vos insécurités et vos rêves. Parlons de la façon dont vous vous élèverez à nouveau pour trouver l’espace ouvert dans la lumière.

Laurent Sayegh

5/5 - (31 votes)

Partager cet article sur les réseaux sociaux