Jouer la carte de la victime.

JOUER LA CARTE DE LA VICTIME. 

« Peu importe ce que je fais, je ne peux tout simplement pas gagner. » Est-ce que cette phrase vous semble familière ?

Avant de commencer cet article Je veux juste préciser qu’il y a de graves problèmes dans le monde et que beaucoup de gens sont malheureusement de véritables victimes d’actes horribles. Si vous êtes victime d’un traumatisme grave et que vous ne l’avez pas encore fait, veuillez consulter un professionnel ou demander de l’aide . Je ne parle pas de ce type de victimes ici.

Il s’agit de ceux que nous connaissons tous, que nous avons tous rencontrés, les victimes professionnelles.

Ils ont tendance à s’accrocher à des croyances fondamentales similaires :

  • Rien ne changera jamais avec ma chance, j’abandonne avant même de commencer.
  • Les mauvaises choses de mon passé continueront absolument dans mon avenir.
  • D’autres personnes sont à blâmer pour mes résultats.
  • Les gens ne comprennent pas ma vie.

Malheureusement, jouer la carte de la victime est souvent motivé par un besoin de validation ou de sympathie.

Est-ce que vous rejetez parfois la faute sur une force supérieure (l’Univers !) et n’acceptez pas que vous ayez simplement abandonné avant de commencer ?

Peut-être parce que vous n’êtes pas prêt à faire ce qui est nécessaire pour atteindre le résultat que vous envisagez dans votre esprit ?

Certains comportements sont associés à la « mentalité de victime ». La victime professionnelle a une forte tendance à la négativité face aux signes de friction et de défi dans sa vie. L’auto-sabotage est une énorme habitude persistante.

Est-ce que l’une des réponses ci-dessous est vraie pour vous ou pour la personne à qui vous allez courageusement transmettre ce post ?

La victime pourrait dire par exemple une combinaison de ces mots :
« Peu importe ce que je fais ou à quel point j’essaie, le monde est contre moi. »
« De mauvaises choses continuent de se produire. »
« Qu’ai-je fait pour mériter cela ? »
« C’est destiné à être une catastrophe majeure, je le sais déjà. »
« Peu importe ce que je fais, je ne peux tout simplement pas gagner. »

L’esprit de la victime peut souvent :
Penser au passé et le ruminer tout le temps.
Sentez-vous qu’il n’y a aucun soutien autour du vous… jamais !
Pensez « Je veux qu’ils reconnaissent que je suis la victime. »
Sentez-vous « Je suis impuissant et dépassé. »

Le récit « Tu ne connais pas ma vie, tu ne sais pas à quel point c’est dur d’être moi » est un épuiseur d’énergie qui t’affecte ainsi que ceux qui t’entourent.

Ensuite, le récit se transforme en une émotion ressentie « Je vais juste m’apitoyer sur mon sort et cela me fera me sentir mieux, maintenant. »

Tout d’abord, nous devons reconnaître qu’il n’y a rien de mal à se sentir mal, aussi il est normal de ressentir de l’émotion à propos d’événements passés, mais il est temps de dépasser cela. Il est temps d’assumer la responsabilité des choses réelles que vous pouvez contrôler et d’arrêter de jouer la victime de ce que vous ne pouvez pas. Ne laissez pas le passé façonner continuellement votre avenir.

Voici quelques pistes :

  1. Comprenez que les défis de votre vie continueront de vous arriver, c’est juste la vie.
  2. Apprenez d’où les choses ont mal tourné en cherchant à NE PAS répéter les mêmes erreurs, ce qui donne le sentiment de ne pas réussir tout le temps. C’est le PROGRÈS !
  3. Définissez clairement les choses que vous pouvez contrôler et concentrez-vous là-dessus lorsque vous définissez vos intentions pour la journée.
  4. Remodelez votre conversation interne. La conversation la plus puissante est celle que vous avez avec vous-même.
  5. Pratiquez la reconnaissance.
  6. Prenez l’habitude de tenir un journal. De quoi est-ce que je me sens victime ? Pourquoi est-ce que je me sens ainsi ? En quoi cela m’aide-t-il à avancer ? Que puis-je faire la prochaine fois que je commencerai à jouer la carte victime ?
  7. Soyez clair sur ce que vous essayez d’atteindre. Comment cela interagit sur vos aspirations dans la vie ?

Enfin quand vous vous levez le matin, dites-vous : « je mets ma confiance en Dieu et rien de mal ne pourra m’arriver aujourd’hui » ou si cela vous convient mieux « JE SUIS responsable de MA VIE, personne d’autre que moi ne peut contrôler MES ACTIONS et MON DESTIN.

Le sentiment de culpabilité, la honte, la dépression, l’isolement, la peur, tout peut faire partie de l’état d’esprit de la victime. C’est un endroit sombre où vivre.

Dites-le « JE SUIS fort, JE SUIS courageux, JE SUIS plus que capable. »

Tout ce qui reste, c’est VOUS, entreprendre des actions délibérées pour être votre sauveur et votre héros, pas la victime impuissante.

Tout ce que viens de d’écrire sont des principes de base, bien sur tout cela se travaille, je vous invite à me contacter pour en discuter ! https://sayegh-coaching.com/fr/contact/

5/5 - (34 votes)

Partager cet article sur les réseaux sociaux