Prendre soins de ses parents

Prendre soins de ses parents

« Cet article pourrait s’appeler aussi, mes obligations vis-à-vis de mes parents âgés ou comment honorer ses parents »  

Mes parents sont devenus vieux que faire ? où un de mes 2 parents est décédé qu’est-ce que je dois faire, quels sont mes devoirs quel est mon rôle est ce que je suis obligé de m’occuper d’eux même si je n’en ai pas envie. Est-ce que je dois d’abord penser à ma propre vie ? ou à celle de mes parents où est ce que j’ai des devoirs vis-à-vis d’eux ou des obligations. C’est un vaste sujet de nos jours puisque l’on sait que l’espérance de vie de la population mondiale augmente, nous avons dans nos sociétés de plus en plus de personnes âgées la question se pose donc.

 Pour essayer de répondre et amener quelques pistes qui vont vous permettre de prendre vos décisions nous allons tour à tour aborder le sujet sous différents angles. Nous verrons dans un premier temps le cadre légal. Ce que la loi dit de faire, nous allons ensuite tenter d’approcher l’idée qui se développent dans les religions sur honorer son père et sa mère et l’obligation que l’on a vis-à-vis de ses parents.

 

Quels sont les devoirs des enfants selon la loi française ?

J’ai volontairement choisi de commencer par le texte de loi pour mettre tout le monde d’accord sur le sujet. Dans la mesure où c’est la loi Française qui régit notre société, nous sommes dans un pays laïc.

Outre un devoir général de bonne conduite et le respect des enfants vis-à-vis des parents qui en ont la responsabilité et qui seront tenus des actes commis par leurs enfants mineurs, les devoirs des enfants se manifestent principalement dans les leurs relations avec leurs ascendants à leur majorité.

Les enfants auront une obligation alimentaire envers leurs ascendants dans le besoin qui se manifeste sous la forme d’une pension alimentaire. Cette pension alimentaire est prévue aux articles 205 et suivants du Code civil.

Que dit cet article :

Les enfants doivent des aliments à leurs père et mère ou autres ascendants qui sont dans le besoin.

Article 206

Création Loi 1803-03-17 promulguée le 27 mars 1803

Les gendres et belles-filles doivent également, et dans les mêmes circonstances, des aliments à leur beau-père et belle-mère, mais cette obligation cesse lorsque celui des époux qui produisait l’affinité et les enfants issus de son union avec l’autre époux sont décédés.

Cette obligation alimentaire vise toutes les dépenses fondamentales de la vie courante et pas seulement les dépenses de nourriture et se calcule en fonction des ressources de l’enfant débiteur et des besoins l’ascendant créancier. Le juge peut toutefois limiter ou supprimer cette pension lorsque les parents ont eu un comportement grave vis-à-vis de l’enfant.

Est-on obligé d’aider ses parents ou beaux-parents dans le besoin ?

Vérifié le 04 mars 2020 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre), Ministère chargé de la justice

Les enfants ont l’obligation d’aider un parent qui n’est pas en mesure d’assurer sa subsistance. Cette obligation, dite obligation alimentaire, se traduit par une aide financière ou en nature, qui varie en fonction des ressources et charges de l’enfant et du parent.

Les descendants ont l’obligation d’aider leurs père et mère ou autres ascendants dans le besoin.

Les gendres et belles-filles doivent également aider leurs beaux-parents dans le besoin. On appelle cela le versement d’aliments. Cette obligation prend fin en cas de divorce. Elle prend également fin en cas de décès du conjoint et d’absence d’enfant issu du mariage ou lorsque ceux-ci sont décédés.

L’enfant peut être dispensé par le juge de cette obligation si le parent a lui-même manqué gravement à ses obligations envers lui (violence, abandon de famille…).

À quelles conditions ?

Le parent qui réclame l’obligation alimentaire doit être dans le besoin, c’est-à-dire dans l’impossibilité de pourvoir à sa subsistance (nourriture, vêtements, logement, santé…).

Il doit le prouver.

L’enfant doit avoir des ressources suffisantes. Tous ses revenus sont pris en compte. Il doit apporter la preuve des dépenses obligatoires qu’il invoque s’il veut que le juge les prenne en compte.

Le devoir de secours entre époux prime sur l’obligation alimentaire à la charge de l’enfant. Par exemple, si la mère est dans le besoin, ce sera d’abord à son époux de s’acquitter de la dette. C’est seulement si ses revenus ne sont pas suffisants que les enfants seront sollicités.

Si la pension de retraite ne suffit pas pour payer la maison de retraite ou l’Ehpad, c’est la preuve que le pensionnaire est dans le besoin et ses enfants peuvent être tenus de payer la partie relative aux aliments.

Décision d’attribution

L’obligation alimentaire peut être fixée :

  • Soit d’un commun accord entre le parent et le descendant,
  • Soit par le juge aux affaires familiales du tribunal dont relève le parent ou l’enfant.

Le juge fixera, dans le jugement, la contribution alimentaire en tenant compte de la situation des 2 parties.

Conséquences du non-respect de l’obligation

Sanctions

L’enfant qui ne verse pas, pendant plus de 2 mois, à un parent la pension alimentaire commet un délit d’abandon de famille.

Le délit d’abandon de famille est passible d’une peine d’emprisonnement de 2 ans au plus et de 15 000 € d’amende au plus.

Comment se traduit l’obligation alimentaire ?

Le Code civil évoque un devoir d’aliments. Ce terme ne vise pas uniquement « la nourriture » mais revêt une dimension plus vaste. Cela peut prendre la forme d’une aide strictement alimentaire, mais aussi d’une aide financière comme la prise en charge des loyers et des charges relatifs au logement, des frais d’hospitalisation, des frais de vêtements et de pharmacie, etc.

Bien souvent l’aide se met en place spontanément ou sur demande de divers organismes ou personnes (juge des tutelles, centre hospitalier). Mais en cas de mésentente familiale, le juge aux affaires familiales est saisi aux fins de fixer la pension de chaque parent en fonction de ses ressources. Le cas le plus fréquent d’une mise en place d’une aide familiale est le départ des aînés en maison de retraite.

Il n’y a pas d’obligation à aimer ses parents, cependant, nous sommes dans obligation de respecter ceux qui nous ont donné la vie et qui nous ont élevé. Cela signifie respecter leur histoire, respecter ce qu’ils sont, respecter leurs failles, reconnaître ce qu’ils nous ont transmis.

On se rend compte tout de suite que pour la loi française on doit tout mettre en place pour subvenir aux besoins de ses parents.

Voyons maintenant le plan religieux et découvrons la source de nos lois sur ce sujet, l’origine plus précisément.

Pour aborder cela on va bien sûr se servir du livre de référence mondial, des textes les plus anciens repris et adopté depuis qu’ils ont été révélés à l’humanité lors du don de la Torah au mont Sinaï.

L’histoire de Noah.

 Tout d’abord il faut savoir qu’après la création D’Adam et Ève  l’humanité s’est pervertie ,on l’apprend avec l’histoire des villes de Sodome et Gomorrhe les gens se sont mis à ne plus respecter aucune loi ni règles ils ont même entraîné dans leur perversion les animaux bref toute l’humanité a commis une si grande faute que Dieu a décidé de détruire sa création mais il restait un homme du nom de Noah communément appelé en français Noé , un grand sage, un homme juste pour son époque resté pur et fidèle aux yeux de Dieu, qui fut sauvé avec sa femme, ses enfants, les femme de ses enfants ainsi que tous les animaux par couple sur terre c’est ce que l’on appelle communément et qui est connu de tous le déluge .

Après le déluge Noé et les siens ont donc dû repeupler la terre pour cela Dieu lui a donné des lois c’est ce que l’on appelle les lois de Noharides les lois que tout le monde connaît qui sont les plus simples, à la portée de tout le monde. Nous allons dans un premier temps les exposer car déjà à cette époque on parle du devoir des enfants envers leurs parents

QUELLES SONT LES « SEPT LOIS DES ENFANTS DE NOÉ » ?

Sept lois universelles

Après le déluge, Noé et ses enfants reçurent de Dieu sept lois à appliquer universellement afin que plus jamais le monde ne connaisse pareille catastrophe, malgré le fait que Dieu à promis qu’il n’y aurait plus jamais de déluge sur terre.

Lors du don de la Torah sur le mont Sinaï, Dieu répéta ces lois que les Juifs ont donc l’obligation d’enseigner aux habitants des nations du monde quand ceux-ci manifestent le désir de les connaitre. Si un non-Juif apprend les détails de ces lois et les applique, non pas parce qu’il les trouve logiques et bénéfiques mais pour obéir à Dieu, il est considéré comme un « Juste des Nations ». Qu’el sont ses lois

  1. Croire en Dieu, placer sa confiance en Lui et ne pas adorer d’idoles.
  2. Ne pas blasphémer le Nom de Dieu, Le respecter et Le louer.
  3. Ne pas tuer, respecter la sainteté de la vie humaine.
  4. Ne pas commettre d’adultère ou toute autre relation interdite ; respecter la sainteté du mariage.
  5. Ne pas voler, respecter les droits et la propriété d’autrui.
  6. Ne pas consommer la chair d’un animal vivant : éviter la cruauté envers les animaux.
  7. Etablir des cours de justice et respecter leurs décisions.

Au fil des générations

Par ailleurs, au cours des générations, les nations ont adopté d’autres lois :

  • Respecter les parents.
  • Donner la charité.
  • Offrir des sacrifices dans le Temple de Jérusalem.
  • Prier.

De nombreux dérivés


Tous ces commandements comprennent de nombreux dérivés comme l’interdiction de la sorcellerie, du suicide, de l’euthanasie, de la tromperie, de la cruauté envers les animaux etc…


Par ailleurs les non-Juifs ont également l’obligation de prier chaque jour (pour cela, il est important que les enfants dans les écoles publiques profitent d’« une minute de silence » pendant laquelle ils peuvent réfléchir chaque jour à l’existence de Dieu qui voit tout, entend tout et auquel on peut demander aide et protection, de donner charité, de retourner à Dieu et de respecter leurs parents.

Les justes des nations


Quiconque peut avoir une influence positive dans ce domaine s’efforcera de répandre parmi les nations du monde la conscience et la connaissance de ces lois qui sont le fondement de la morale universelle.
Un citoyen  qui tente sincèrement de respecter ces lois – après en avoir appris tous les détails – sera appelé un « Juste des nations ».
Il est à noter que le judaïsme ne recommande pas la conversion car un non-Juif qui se conduit selon les 7 lois Noa’hides mérite autant de considération que le Juif qui s’astreint à respecter les 613 lois de la Torah.

Si toutes les nations du monde se conformaient strictement à ces lois, le monde se porterait beaucoup mieux.

L’approche des trois principales religions : le Judaïsme, le Catholicisme et l’Islam

Le Judaïsme

Le commandement d’honorer ses parents est un commandement de la Torah, il est écrit sur les tables de la loi communément appelé les 10 commandements ou plus exactement les 10 paroles.

C’est le 5° commandement, On le trouve dans l’exode chapitre 20 paragraphe 12

20.12Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.

C’est un commandement positif pour lequel on connait tout de suite la récompense puisqu’il est écrit que l’on aura un salaire dans ce monde à savoir une longue vie, tu vivras plus longtemps

Cependant dans le livre du lévitique ou Moise reprend les 10 paroles il est écrit crain ta mère et ton père au lieu d’honore ton père et ta mère. La suite du verset ne change pas, alors quel peut être l’explication ?

Dans les honneurs on parle des choses positives, et dans les deuxièmes table on parle des choses négatives

Par exemple, on n’a pas le droit de s’assoir à la place de son père, on n’a pas le droit de le contredire ou de couper la parole a ses parents ; c’est-à-dire d’agir avec eux comme avec une très vielle personnes.

On doit nourrir physiquement ses parents s’ils ont de la difficulté à, le faire leur acheter des habits des chaussures, les sortir et les prendre chez soi si par exemple la maison de retraite est hors de prix.

On a l’obligation de leur acheter à manger s’ils n’ont pas d’argent

On a l’obligation de les enterrer et de payer tout ce qu’il y a à payer pour le faire.

S’ils n’ont pas fait le nécessaire de leur vivant.

Il est interdit de maudire ses parents, de les frapper, la punition est très grave dans ce cas.

Tu dois être reconnaissant par rapport à tes parents juste par le fait qu’il t’on mis au monde.

Par exemple si un père a laissé ses enfants depuis des années s’il t’a abandonné et si 30 ans après il se présente devant toi, tu es oblige de t’occuper de lui, c’est ton père biologique, sans lui tu ne serais pas sur terre. Cela est vrai même si tu as été en orphelina et qu’un jour tu viennes à connaitre un ou tes 2 parents, même s’il ne se sont jamais occupé de toi et ce dans n’importe quel cas, tu dois prendre soins d’eux.

Rentrons un peu plus dans le détail avec un des grands commentaires du Rabi Yaacov Couli sur le sujet dans son anthologie de la Thora le Meam Loez

Donc le 5e des commandements est annoncer comme ceci honore ton père et ta mère afin que tu vives longtemps sur la terre que l’éternel ton Dieu te donne le 5e des 10 commandements nous enjoint d’honorer nos parents afin de vivre longtemps sur la terre sinon nos jours seraient réduits.

La raison donnée pour le précepte d’honoré ses parents afin que tu vives longtemps peut sembler difficile à comprendre faut-il observer les commandements pour recevoir une récompense en fait il s’agit d’un avertissement si tu honores tes parents tu vivras longtemps sinon ta vie sera réduite.

les 5 premiers commandements étaient écrits sur la première des 2 tables .chaque table contenait 5 commandements ,la première concerne les commandements envers Dieu et la 2e concerne les commandements envers l’homme .Dieu nous a ordonné d’ honorer notre premier père Dieu maître et père de l’univers puis nos parents terrestres .je t’ordonne de respecter tes parents mes associés dans la création .La Torah dit honore ton père et ta mère sans aucune autre précision car Nous pouvons apprendre la façon de la conduire grâce au commandement présent il explique le premier commandement I recommande d’ honoré Dieu en affirmant son existence. Le 2° nous dit : tu n’auras pas d’autre Dieu devant moi, le 3° ne prononce pas le nom de Dieu en vain et donc il ne faut pas honorer ses parents parce qu’ils sont riches et qu’ils laisseront un héritage à leur mort ni servir Dieu dans l’unique espoir d’une récompense il faut honorer ses parents par amour et par un sentiment d’obligation personnelle, l’héritage qui doit nous revenir viendra de lui-même si rien ne reste cela doit nous être indifférent.

D’après la Torah toujours il ne suffit pas d’honorer ses parents par des paroles, il faut aussi leur fournir de l’argent s’ils en ont besoin. La récompense pour l’honneur rendu aux parents est afin que tu vives longtemps. Parfois les parents vivent si longtemps que leurs enfants vieillissent eux aussi, souvent un homme très vieux devient une charge pour sa famille ses enfants doivent peiner pour s’occuper de lui.il devient comme un petit enfant il a sans cesse des exigences. Dieu nous met donc en garde de ne jamais nous lasser de nos parents, nous ne devons pas les considérer comme un fardeau et nous dire quand nous débarrasserons nous d’eux. Enfin l’homme doit se rendre compte que s’il vit longtemps il deviendra lui aussi une gêne pour ses enfants ils espéreront sa mort pour se débarrasser de lui de la même façon qu’il espérait se débarrasser des siens.

 Dans ce monde tout est rétribué mesure pour mesure un homme sera traité par ses enfants exactement de la manière dont il traite ses parents. Dieu nous dit si tu rejettes tes parents ta vie sera réduite et même si tu vis longtemps tes enfants se lasseront de toi ils te considèreront comme une gêne et espérons être débarrassés de toi le plus tôt possible.

Un homme ne doit pas penser qu’il faille négliger le commandement d’honorer ses parents pour en observer d’autres s’il désire mériter une longue vie des biens le bonheur tant dans ce monde que dans le monde futur il doit faire les deux. Dieu veut que l’homme accomplisse tous les commandements qui se présente à lui y compris celui d’honorer ses parents.

Ce commandement est suivi par le commandement suivant ne tue pas, ceci nous enseigne qu’un homme aux parents pauvres est considéré comme un meurtrier s’ils ne pourvoient pas à leurs besoins. Le suivant dit ne vole, pas ne te livre pas à l’adultère on déduit de là que négliger ses parents est semblable à voler et à se livrer à l’adultère .il est écrit ensuite ne porte pas de faux témoignage si l’on s’abstiens de vêtir ses parents cela est considérer comme porter un faux témoignage.

Nous devons à présent définir que représente l’honneur et la crainte.

la crainte envers un parent suppose que l’on ne s’assoit pas à sa place habituelle à table par exemple ou dans une réunion ou lorsqu’il  discute de certains problèmes avec ses amis il est interdit de s’asseoir à la place de ses parents ou de dans leur lit cela montre qu’on n’a pas de considération vis-à-vis de .En d’autres termes que l’on se sent égal à eux et d’après la Bible cette attitude s’applique même en l’absence de son père et même si l’on est seul dans la pièce si le parent est présent il s’agit d’une grave faute car on s’érige en égal.

Il est également interdit de contredire ses parents que ce soit sur un sujet ordinaire ou sur un enseignement. Si un père réfute autrui et son fils dit mais cet homme a raison on considère qu’il a contredit son père. Il est, de même interdit de dire tu as raison père cette phrase témoigne d’un manque de respect. L’enfant semble monter qu’il est à même de décider que l’opinion de son père est supérieure à celle de son interlocuteur cependant il est possible de réfuter une personne contredisant son père l’enfant peut le faire à condition de ne pas approuver ouvertement son père il doit présenter sa réfutation de façon que son soutien soit compris automatiquement.

 Il est interdit de réfuter ses parents même en leur absence. on appellera pas son père ou sa mère par son nom que ce soit de son vivant ou de sa mort.

On ne peut pas non plus prononcer le nom d’une personne qui porte le même nom que son parent en présence de ce dernier sauf si le parent en question a un nom courant.

 Regardez jusqu’où ça peut aller un homme ou une femme bien sûr doit éprouver tant de respect envers son père ou sa mère que même s’il porte des vêtements de fête et que son père vienne le molesté, lui déchirer ses habits et lui cracher au visage il ne doit montrer aucun signe de colère ou de protestation.

Il faut rester silencieux et faire preuve de respect envers Dieu qui nous a donné l’ordre d’honorer nos parents.

Il devra penser que si un roi lui ordonnait de faire quelque chose qui l’humilierait encore davantage il le ferait sans hésiter combien d’avantages doit-il observé les ordres que Dieu lui-même lui donne.

Le commandement donnerait ses parents oblige l’homme à les servir comme le ferait un serviteur, il doit leur donner de l’eau pour se laver les mains, les mettre à table leur servir à boire, à manger, les vêtir il doit exécuter toutes les courses que son père ou sa mère lui demande tous ces actes doivent être réalisés avec une joie et un visage souriant. Et par exemple si l’on donne à ses parents le meilleur morceau de viande rôtie avec une expression sévère du visage on sera puni.

Si le père demande de faire quelque chose et que notre mère réclame autre chose il faudra obéir d’abord à notre père l’enfant et la mère ont tous 2 l’obligation de respecter le père.

Cependant si la mère est divorcée elle n’a plus d’obligation de respecter son ex-mari dans ce cas l’enfant peut obéir à celui des 2 parents qui le désirent.

Voyons maintenant le cas de l’homme et de la femme mariée l’homme et la femme ont exactement la même obligation d’honorer leurs parents à une différence près le fils à cette obligation continuellement de son enfance jusqu’à sa vieillesse même après qu’il est marié et père de famille cependant lorsqu’une femme se Marie sa première obligation va à son mari et elle n’est plus tenue d’honorer ses parents. Si elle divorce où devient veuve elle doit les honorer comme auparavant.

 On va maintenant rajouter un petit bémol bien qu’un enfant ait l’obligation d’honorer ses parents ces derniers ne doivent pas lui rendre la tâche trop difficile en se montrant très exigeants sur l’honneur qui leur est dû le faire pourrait conduire l’enfant à commettre des fautes.

 La voie de la Torah et de renoncer à son propre honneur comme le fait Dieu lui-même, On voit bien à travers tout ce qu’on a dit la complexité du commandement d’honorer son père et sa mère.

Nous allons maintenant voire comment la religion catholique abordent le problème

La vision du catholicisme, sur la façon de prendre soin de ses parents

Les enfants doivent respect, reconnaissance, docilité et obéissance envers leurs parents, contribuant ainsi, par les bonnes relations entre frères et sœurs, au progrès de l’harmonie et de la sainteté de toute la vie familiale. Si les parents se trouvent dans une situation d’indigence, de maladie, d’isolement ou de vieillesse, les enfants adultes doivent leur fournir un soutien moral et matériel.

Il nous est clairement demandé d’honorer nos parents ; mais comment ? Honorez-les par vos actes et par votre attitude . Respectez leur volonté, exprimée ou non. « Un fils sage écoute l’instruction de son père, mais le moqueur n’écoute pas la menace. » , Jésus rappelle aux Pharisiens le commandement divin d’honorer leur père et leur mère. Ils obéissaient à la lettre de la Loi, mais y avaient ajouté leurs propres traditions qui la remplaçaient dans la pratique. Ils honoraient leurs parents en paroles, mais leurs actes révélaient leur motivation réelle. Honorer, c’est plus que des paroles. Le terme « honorer » dans ce passage est un verbe, qui exige de passer à l’acte.

Nous devons chercher à honorer nos parents de la même manière que nous cherchons à glorifier Dieu : par nos pensées, nos paroles et nos actes. Pour un jeune enfant, obéir à ses parents revient à les honorer. Cela implique de les écouter, de leur obéir et de se soumettre à leur autorité. Une fois que les enfants auront grandi, l’obéissance qu’ils auront apprise étant enfants leur sera très utile pour honorer d’autres autorités, telles que le gouvernement, la police et leur employeur.

Si nous devons honorer nos parents, cela n’implique pas de suivre leur exemple s’il ne glorifie pas Dieu. Si un parent demande à son enfant de faire quelque chose qui va clairement à l’encontre des commandements de Dieu, l’enfant devra obéir à Dieu plutôt qu’à ses parents

L’honneur engendre l’honneur. Dieu n’honorera pas ceux qui désobéissent à son commandement d’honorer leurs parents. Si nous voulons plaire à Dieu et être bénis, nous devons honorer nos parents. Honorer quelqu’un n’est pas toujours facile ni plaisant ; c’est même impossible par nos propres forces. Pourtant, c’est un moyen sûr d’accomplir notre destinée : glorifier Dieu. « Enfants, obéissez-en tout à vos parents, car cela est agréable au Seigneur. »

La vision de l’islam sur le respect des parents

Ton Seigneur a ordonné de n’adorer que Lui.

Il a prescrit d’être bon envers ses père et mère.

Soit que l’un d’eux ait atteint la vieillesse, ou que tous deux y soient parvenus, étant à ta charge,

Garde-toi de marquer la moindre répulsion à leur égard ou de leur manquer de respect.

Parle-leur toujours affectueusement.

Fais preuve, à leur égard, d’humilité pour leur témoigner ta tendresse

Et dis : Seigneur ! Aie pitié d’eux comme ils l’ont été pour moi, lorsqu’ils m’élevèrent tout petit.

(Coran, Sourate 17 – Le Voyage Nocturne, verset 23)

Aucune parole d’irrespect ne doit jamais être prononcée envers ses parents, pas même un regard de ressentiment, et encore moins de mépris.  Honorer ses parents est considéré comme un acte d’adoration dans la mesure où cela est fait avec l’intention de plaire à Dieu en respectant Ses commandements.

Dieu poursuit ce verset en nous rappelant que nos parents méritent que nous soyons bons à leur égard, car ils nous ont élevés en faisant de multiples sacrifices pour assurer notre bien-être.  L’utilisation du mot « aile » évoque l’image de la maman oiseau protégeant tendrement ses petits et rappelle la douceur qu’ont la plupart des parents envers leurs enfants

« Et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, témoigne-leur ta tendresse et dis : « Ô mon Seigneur !  Sois miséricordieux envers eux, car ils m’ont élevé lorsque j’étais petit. » (Coran 17 :24)

L’amour et la miséricorde qui émanent du Tout Miséricordieux se manifestent aussi dans la bonté qui existe entre les parents et leurs enfants.  Dieu nous interdit formellement de nous montrer rude envers nos parents et dans un autre verset, Il nous enjoint de nous montrer reconnaissants envers Lui, notre Créateur, de même qu’envers nos parents.  Encore une fois, Dieu allie dans un même verset Ses propres droits et ceux des parents.

 « Et Nous avons enjoint à l’homme la bienfaisance envers ses père et mère.  Sa mère l’a porté, subissant pour lui peine sur peine, et son sevrage a lieu au bout de deux ans.  « Sois reconnaissant envers Moi et envers tes parents.  Vers Moi est la destination finale. » (Coran 31 :14)

Le prophète Mohammed a lui aussi mis l’accent sur l’obligation de bien traiter ses parents.  Un de ses compagnons lui demanda, un jour, quels étaient les bonnes actions les plus aimées de Dieu.  Il répondit : « Accomplir ses prières à l’heure. »   Le compagnon demanda alors : « Et ensuite ? »  Le Prophète répondit : « Être bon et dévoué envers ses parents… ».  L’obligation de se montrer bon et dévoué envers ses parents vient tout de suite après la première obligation de l’islam, la prière.

Plus que de la bonté

Le terme arabe utilisé dans le Coran et dans les narrations du Prophète pour nommer cette bonté envers les parents est bir.  La plupart du temps, il est traduit par « bonté », mais comme c’est souvent le cas avec les mots arabes, cette traduction ne rend pas justice au sens réel de bir, qui est beaucoup plus profond.  Ce terme ne signifie pas seulement « bonté » ; il comporte tout un éventail de qualités dont la bonté, la compassion, le respect et même la patience.  L’islam, en tant que mode de vie, englobe toutes ces qualités et les musulmans doivent s’efforcer de les appliquer dans tous leurs rapports avec les autres et plus particulièrement dans leurs relations avec leurs parents.

Les parents élèvent leurs enfants et s’occupent d’eux durant une bonne partie de leur vie, mais vient un moment où les rôles s’inversent ; les parents vieillissent, s’affaiblissent, et ont à leur tour besoin que l’on s’occupe d’eux.  Les enfants sont dans l’obligation de s’occuper de leurs parents en déployant toutes les qualités du bir et en sachant qu’ils trouveront leur rétribution auprès de Dieu.  Le prophète Mohammed a dit : « Si une personne possède ces trois caractéristiques, Dieu lui accordera une mort facile et le fera entrer au Paradis : la douceur envers les faibles, l’affection envers ses parents et la gentillesse envers les esclaves. »

Approche de conclusion

Que peut-on retenir de tout cela ? On voit clairement que le commandement d’honorer son père et sa mère tiré de la Bible a précisément servi de base à toute une conduite des enfants vis-à-vis des parents tant sur le plan juridique que sur le plan religieux tout le monde s’accorde à dire que les enfants ont une obligation vis-à-vis de leurs parents. Maintenant suivant que l’on soit de telle ou telle religion la notion d’honorer son père et sa mère est plus ou moins difficile voire incompréhensible à respecter.

En fait comment peut-on dissocier un enfant de ses parents lorsque l’on sait que comme point de départ il y a un homme et une femme, puis ensemble ils vont créer un enfant à ce stade-là, il y a 2 approches différentes.

La première approche les gens qui croient profondément en Dieu et qui acceptent comme c’est expliqué dans la religion juive au moment de la conception de l’enfant entre l’homme et la femme, Dieu intervient et c’est lui qui va insuffler l’âme à l’enfant de la même façon que cela s’est passé lors de la création avec Adam et Ève c’est Dieu qui a insufflé la vie à Adam, et l’on sait qu’un corps sans âme est sans vie.

 D’un autre point de vue il y a des gens qui ne partage pas cette opinion et qui pense simplement que l’homme et la femme vont avoir un rapport et que cela va créer un enfant.

Quoiqu’il en soit, l’enfant a un lien profond et à vie avec ses parents. Comment peut-il ne pas avoir un sentiment de reconnaissance vis-à-vis d’eux, qui lui ont permis d’être sur terre. Ce serais quand même une profonde ingratitude non ?

 L’enfant doit toujours avoir présent à l’esprit que sans eux et sans l’intervention de Dieu il ne serait pas là. Des lors quoi de plus naturel que de s’occuper d’eux lorsqu’ils vieillissent.

 Quand il était bébé ses parents s’occupaient de lui, le mettais dans un youpala, lui donner la tété, les biberons etc. …lui changer les couches.

Maintenant que ses parents sont vieux, les parents âgés redeviennent comme des enfants, marchent avec des cannes, bien souvent ils ont des couches et c’est un vrai travail que l’enfant a vis-à-vis de ses parents. Ça va plus loin que de dire que c’est un juste retour des choses c’est à dire qu’on pourrait dire que comme les parents se sont occupés de leurs enfants ainsi alors les enfants doivent s’occuper des parents, il s’agit d’un devoir profond ce n’est pas juste une reconnaissance. C’est manifester un amour et du respect envers son père et sa mère, avoir conscience que sans leur intervention on ne serait pas là tout simplement. J’irai même plus loin je dirais que c’est une prise de conscience d’adulte.

C’est vrai ce n’est pas facile d’un autre côté pour nos parents quand on était petit ce n’était pas facile aussi pour eux ; l’un ne justifie pas l’autre bien sûr. Sur ces paroles et vous comprendrez toute l’importance qu’il y a d’honorer son père et sa mère.

 Si vous continuez le verset des 10 commandements c’est bien expliqué afin que tes jours sur terre se prolongent. C’est un des rares commandements où la récompense est immédiate. Dans les autres commandements il n’y a pas écrit tu ne voleras pas parce que tu vas aller en prison, ni tu ne tueras pas, parce que ce n’est pas bien de tuer. Ici on nous donne directement la récompense pour nous montrer l’importance du commandement

En tant que Coach en développement personnel je me ferais un plaisir de vous aider, je suis moi-même tuteur de mes parents âgés et croyais moi je connais parfaitement le sujet.

A bientôt

Ecrivez-nous un commentaire : https://sayegh-coaching.com/fr/contact/ 

1 Comment

  1. Zerbib 21 octobre 2021 at 18 h 36 min

    Merci beaucoup pour toute cette analyse complète qui permet de prendre en considération tout nos devoirs envers nos géniteurs d’un point de vue légal et religieux
    Votre aide me sera très utile
    Je désire prendre un rdv
    Merci

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *